Vos projets n'attendent pas, préparez votre rentrée ! Nos équipes sont mobilisées.

RDV d'informations

Sur le campus ou à distance

Prendre rendez-vous

Admissions/Inscriptions

A distance ou sur RDV

En savoir plus

Sobriété énergétique : définition, enjeux, publics concernés et mise en pratique

C’est un fait, la croyance en la possibilité d’une croissance infinie dans un monde fini ainsi que la promotion de la consommation comme mode de vie conduisent l’humanité dans une impasse. Le dépassement récent d’une sixième limite planétaire sur un total de neuf en témoigne d’ailleurs.

En parallèle, plusieurs conflits géopolitiques charrient leur lot d’instabilité et d’incertitudes quant à la faculté des pays riches à conserver le même niveau de confort à court terme.

Pour ne pas subir une abrupte mise au pas, il est donc nécessaire de décélérer et de préserver les ressources autant que l’environnement. Cela passe par une transition énergétique planifiée intégrant, notamment, une démarche de sobriété.

Qu’est-ce que la sobriété énergétique et pourquoi est-elle cruciale pour nos sociétés ? Comment la pratiquer au quotidien ? Suivez le guide !

Vue aérienne des cheminées d’une usine

Qu’est-ce que la sobriété énergétique ?

La sobriété énergétique (du latin sobrietas pour “modération”) qualifie la diminution des consommations d’énergie réalisée grâce à un changement de mode de vie volontaire et planifié, au niveau individuel ou collectif. L'objectif de la sobriété énergétique est de préserver les ressources (énergies, eau, matériaux, terres) tout en permettant l’accès à des conditions de vie décentes pour tous.

Personne sans domicile fixe discutant avec une passante dans une rue en hiver

L’association française négaWatt, qui fédère des experts de l’énergie et élabore des scénarios dans le cadre de la transition énergétique, a mis en lumière cinq formes de sobriété : 

  • La sobriété d’usage : l’utilisation d’un équipement seulement lorsqu’il est utile (éteindre la climatisation lorsque l’on quitte le bureau)
  • La sobriété dimensionnelle : l’utilisation d’un équipement adapté à son besoin (les SUV n’ont éventuellement de sens qu’en terrains montagneux)
  • La sobriété coopérative : le partage d’un équipement (pratiquer le covoiturage ou emprunter l’appareil à raclette de son voisin)
  • La sobriété organisationnelle : la mise en pratique de la sobriété par les infrastructures (pistes cyclables, transports en commun)
  • La sobriété matérielle : la réduction globale du nombre de biens possédés

La sobriété énergétique est un élément essentiel de la transition énergétique et en constitue même l’un des piliers au niveau national aux côtés de l’efficacité énergétique et des énergies renouvelables. Et l’enjeu est de taille puisqu’elle devrait permettre de réduire de 28 % nos consommations d’énergie en 2050 par rapport à 2015, toujours d’après négaWatt.

Notons qu’une différence claire est ici réalisée entre sobriété et efficacité. À juste titre puisque le gain d’efficacité énergétique observé par exemple dans l’aérien grâce aux avions plus performants ne doit pas se traduire par une augmentation du nombre de trajets. C’est pourtant la direction que semble prendre le secteur avec un possible doublement du trafic en 2030 par rapport à 2010, sujet que nous abordions déjà dans notre article sur le flygskam au travers du fameux “effet rebond”.

Enfin, si la sobriété énergétique planifiée constitue un idéal à atteindre, précisons qu’une forme subie de la sobriété existe déjà chez les populations pauvres qui, par urgence économique, ne sont pas en capacité de chauffer leur logement (précarité énergétique), d’accéder à une offre de transport (précarité mobilité) ou même de manger à leur faim (précarité alimentaire).

Pourquoi la sobriété énergétique est-elle un enjeu aussi crucial ?

Les pays développés se sont construits en grande partie grâce à des ressources énergétiques abondantes et peu chères, entraînant surconsommation, gaspillage et pollution dont les conséquences sont aujourd’hui documentées : dérèglement climatique, effondrement de la biodiversité, conflits d’accès aux ressources…

De premières secousses ont toutefois été ressenties durant les chocs pétroliers de 1973 et 1979, accompagnées de mesures de prévention du gaspillage. Mais c’est l’invasion de l’Ukraine par la Russie en février 2022 qui a réellement mis en évidence la dépendance de la France au gaz, exacerbée par un fonctionnement ralenti du parc nucléaire.

Si la sobriété énergétique n’est donc plus un sujet nouveau, elle est néanmoins toujours entourée d’idées reçues. Ainsi, elle est encore synonyme pour certains d’une perte de confort constituant une forme de régression, voire de “décroissance”. À cela, une organisation telle que le Shift Project a apporté une réponse claire dans son rapport “L’Emploi : moteur de la transformation bas carbone”. Celui-ci table en effet sur “une croissance nette de la demande de main-d’œuvre de l’ordre de 300 000 emplois à horizon 2050”, grâce à l’essor des mobilités douces, de l’alimentation végétale et du tourisme de proximité, à la réindustrialisation ou à la relocalisation.

Mais il serait faux de penser que la sobriété énergétique nous concerne tous à la même échelle. Parce que la responsabilité des plus aisés dans le dérèglement climatique a déjà été largement étudiée, la sobriété énergétique se positionne également comme une démarche de justice sociale afin de permettre à ceux qui n’ont pas assez d’accéder à davantage (et vice versa).

Qui est concerné par la sobriété énergétique ?

 

La sobriété énergétique concerne (presque) tout le monde, à titre individuel ET collectif. D’ailleurs, faire reposer cette responsabilité sur les seuls individus est au mieux naïf, au pire une méthode un tantinet cynique de différer l’inéluctable en contournant le problème.

Personne circulant en vélo en ville

 

Comme vous l’aurez donc compris, la sobriété énergétique nécessitera la participation de toutes et tous, notamment : 

  • Les professionnels dans le cadre de la neutralité carbone des entreprises
  • Les collectivités territoriales et l’administration publique d’une manière générale
  • Les transports
  • Le sport et la culture
  • Le tourisme
  • La santé
  • Le bâtiment
  • L’éducation
  • L’industrie

Le Shift Project, encore lui, a d’ailleurs fourni un travail exhaustif par secteur d’activité dans le cadre de son Plan de transformation de l'économie française (PTEF).

Qu’est-ce que le plan de sobriété énergétique ?

Pressurisée par la guerre en Ukraine, la France a lancé son plan national de sobriété énergétique en 2022 dans l’optique d’anticiper tout d’abord de possibles pénuries durant l’hiver 2022/2023 et de diminuer ensuite de 10% la consommation énergétique en 2024 par rapport à 2019.

Réalisé en concertation avec plusieurs fédérations professionnelles, ce plan concerne l'État et les services publics bien sûr mais également les entreprises du numérique, du tourisme, du commerce ou de l’artisanat, le secteur immobilier, le transport ou encore l’industrie.

Il contient des mesures aussi diverses que la réduction de la consommation d’électricité liée à l’éclairage public, la réduction du chauffage des équipements sportifs, l’incitation au covoiturage et au télétravail en entreprise ou la mise en place d’un bonus sobriété à destination des ménages maîtrisant leur consommation.

Comment pratiquer la sobriété énergétique : des exemples concrets pour les particuliers

Si les entreprises et l’administration ont un rôle déterminant dans le succès de la mise en œuvre d’une démarche de sobriété énergétique ambitieuse, les particuliers ont tout de même leur part de responsabilité. 

Vous souhaitez évoluer à titre individuel vers un mode de vie moins énergivore ? Comme nous l’évoquions déjà dans notre dossier sur les low-tech, il est impératif de faire le distinguo entre besoins essentiels et besoins superflus pour définir ce que l’on est prêt à abandonner et ce que l’on ne peut concéder. 

Ce travail est aussi nécessaire pour réaliser que rien n’est sans conséquence et que ce qui pouvait être considéré hier comme un luxe est aujourd’hui souvent perçu comme un dû (exemple : manger de la viande tous les jours).

Voici de premières pistes pour pratiquer la sobriété énergétique au quotidien : 

  • Végétaliser son alimentation puisqu’il s’agit toujours du levier individuel le plus efficace pour baisser ses émissions de CO2
  • Faire la chasse au gaspillage alimentaire
  • Opter pour des déplacements en vélo lorsque les infrastructures le permettent et limiter au maximum le recours à l’avion au profit du train
  • Réduire sa vitesse en voiture de 130 à 110 km/h et de 90 à 80 km/h
  • Négocier des journées de télétravail auprès de son employeur
  • Privilégier une habitation déjà sur pied plutôt que la construction d’un logement neuf
  • Entreprendre un chantier de rénovation thermique (si possible globale) de son lieu de vie
  • Se tourner vers la colocation pour limiter les espaces inutilisés
  • Systématiser la réparation pour lutter contre l’obsolescence programmée
  • Opter pour le partage des équipements entre proches ou voisins (vous n’avez probablement pas besoin de posséder votre propre ponçeuse)
  • Chauffer les pièces de vie à 19° et les chambres à 17 ou 18°
  • Éviter l’usage de la climatisation au maximum sauf si des questions de santé sont en jeu (personnes fragiles ou âgées)
  • Diminuer le nombre d’appareils électriques possédés
  • Privilégier un réfrigérateur combiné à l’achat d’un réfrigérateur et d’un congélateur
  • Passer à un éclairage LED et débrancher un maximum d’appareils la nuit
  • Ne pas remplacer son sèche-linge lorsque celui-ci est hors d’usage

POURQUOI CHOISIR L'ESG ACT ?

Doubles compétences

DOUBLE COMPÉTENCE

titres rncp

TITRES RNCP RECONNUS PAR L'ÉTAT

alternance

ALTERNANCE POSSIBLE DÈS LA 3e ANNÉE

nombreux débouchés

NOMBREUX DÉBOUCHÉS

L'actualité de l'ESG Act

Personne sur un ordinateur dans un entrepôt
Actualités
Comment passer aux achats responsables dans mon entreprise ?

Indispensable au bon fonctionnement des différents métiers de l’entreprise, la fonction achats est également l’une des plus impactantes en termes de mise en place d’une démarche RSE.

melissa sahed
Témoignage
Témoignage de Melissa Sahed

Alumni ESG et fondatrice de Santiag Poetry

De son parcours d'étudiante à l'ESG à la naissance de sa marque, Melissa SAHED illustre parfaitement la façon dont l'engagement et la créativité peuvent fusionner...

Cette formation peut vous intéresser !

Formation Bac+3

Mastère Développement Durable, Spécialisation Chef de Projet

Rentrée

Octobre 2024

Admission

Bac+3 / Bac+4

Diplôme

Titre RNCP niveau 7 certifié

Alternance

Possible

 

Découvrir la formation