Vos projets n'attendent pas, préparez votre rentrée ! Nos équipes sont mobilisées.

RDV d'informations

Sur le campus ou à distance

Prendre rendez-vous

Admissions/Inscriptions

A distance ou sur RDV

En savoir plus

Reporting ESG : définition, objectifs et critères en 2023

reporting esg

L’origine anthropique du réchauffement climatique couplé à la fragilité des systèmes récemment mise en valeur par la pandémie de COVID-19 prouvent, s’il le fallait encore, l’impact social, environnemental et de gouvernance des activités de l’entreprise.

Dès lors, mesurer les performances mais aussi les risques extra-financiers de l’organisation est essentiel pour assurer sa survie dans la durée.

Pensé pour être un fil conducteur de la réflexion et pour rassurer banques et fonds du bien-fondé de leurs investissements, le reporting ESG est désormais de plus en plus utilisé par les entreprises.

Qu’est-ce qu’un rapport ESG et pourquoi le mettre en place ? Qu’est-ce qu’un risque et quels sont les critères ESG ? C’est ce que vous allez découvrir dans ce guide.

L’origine anthropique du réchauffement climatique couplé à la fragilité des systèmes récemment mise en valeur par la pandémie de COVID-19 prouvent, s’il le fallait encore, l’impact social, environnemental et de gouvernance des activités de l’entreprise.

Dès lors, mesurer les performances mais aussi les risques extra-financiers de l’organisation est essentiel pour assurer sa survie dans la durée.

Pensé pour être un fil conducteur de la réflexion et pour rassurer banques et fonds du bien-fondé de leurs investissements, le reporting ESG est désormais de plus en plus utilisé par les entreprises.

Qu’est-ce qu’un rapport ESG et pourquoi le mettre en place ? Qu’est-ce qu’un risque et quels sont les critères ESG ? C’est ce que vous allez découvrir dans ce guide.

ESG : définition

Salariés d’une entreprise posant pour une photo de groupe

Un reporting ESG est un rapport sur les performances Environnementales, Sociales et de Gouvernance d’une entreprise. Il permet de mesurer la durabilité et l’impact sociétal d’une organisation, de le communiquer aux parties prenantes et d’identifier des axes de progrès.

Dans le registre financier, s’entendent par parties prenantes tous les acteurs gravitant autour d’une entreprise : clients, banques et investisseurs, associations, administration publique…

Ces acteurs sont de plus en plus exigeants quant à la transparence des entreprises et sont, par conséquent, de plus en plus demandeurs de rapports et d’analyses qui leur permettront d'investir auprès d’organisations responsables œuvrant à la transition écologique et à une société plus égalitaire.

Notons que le rapport ESG ne se limite pas uniquement aux très grandes entreprises puisque les PME sont également concernées. 

Cependant, l’absence de réglementation réellement contraignante ainsi que la multitude de normes induisent de la complexité et un besoin d’accompagnement, particulièrement pour les entreprises de tailles modestes.

Pourquoi faire un rapport ESG ?

En tant que rapport extra-financier, un reporting ESG endosse plusieurs rôles : 

  • Rassurer les investisseurs
  • Orienter la stratégie RSE (responsabilité sociétale des entreprises)
  • Communiquer de façon chiffrée sur ses engagements auprès de ses parties prenantes
  • Se conformer aux réglementations en vigueur (et à leurs possibles changements)

En effet, la législation évolue depuis une vingtaine d’années pour favoriser par la contrainte les Investissements Socialement Responsables (aussi appelés ISR).

Ainsi, les entreprises cotées en bourse ont dû, dès 2001, produire un rapport ESG dans le cadre de la loi NRE.

Les lois Grenelle 2 (2010) et de programmation sur la transition énergétique (2015) ont par la suite renforcé ce reporting en revoyant son périmètre et son niveau d’exigence à la hausse.

Pareillement, depuis juin 2022, les banques ont l'obligation de détailler leurs expositions aux risques climatiques et plus globalement à tous les risques ESG.

Mais l’analyse ESG n’est pas seulement une avancée vers une industrie plus transparente. 

Parce qu’elle oblige les entreprises à faire un pas de côté et à chiffrer le coût sociétal de leurs activités, elle engendre des externalités positives (relocalisation de la production, amélioration de l’état des eaux, bien-être des salariés) et des gains de chiffre d’affaires potentiels (économies d’énergie, investissement des collaborateurs, optimisation de la production…).

Vous souhaitez participer à la transformation des entreprises vers des modèles soutenables ? Notre bachelor développement durable forme aux enjeux du développement durable dans les principales fonctions de l’organisation.

Quels sont les risques ESG ?

Camion rouge piégé par une inondation en ville

Comme nous l’avons vu plus haut, le reporting ESG n’est pas qu’un simple outil permettant d’être en règle aux yeux de la loi. 

Il permet aussi (et surtout) de mettre en évidence les risques encourus par l’entreprise de par son activité, son environnement social ou politique ou bien encore son fonctionnement. 

C’est encore plus vrai dans un monde marqué par le réchauffement climatique, l’effondrement de la biodiversité ou les scandales financiers.

Les risques ESG correspondent donc d’un côté à tous les risques que les investisseurs étudient lorsqu’ils cherchent à financer des entreprises ou des initiatives durables. 

De l’autre, ils servent de support pour une stratégie plus globale de gestion des risques au sein de l’entreprise. 

Dès lors, il convient d’identifier tout ce qui est susceptible d’engendrer des pertes financières ou un déficit d’image.

S’il existe presque autant de risques ESG que d’entreprises, ils peuvent généralement être classés dans de grandes thématiques telles que la pollution de l’environnement, la détérioration des conditions de travail, les difficultés d’approvisionnement/production ou livraison, la pénurie de matières premières, les instabilités politiques, les conflits armés, les crises sanitaires, la gestion financière de l’entreprise…

Quels sont les critères ESG ?

Le score ESG est calculé suivant différents indicateurs pertinents au regard de l’activité de l’entreprise.

Pour l'évaluation environnementale, les critères peuvent ainsi inclure la gestion des déchets, l'efficacité énergétique, les émissions de gaz à effet de serre ou la gestion des ressources naturelles.

Pour l'évaluation sociale, les critères peuvent inclure la gestion des relations avec les travailleurs, les communautés locales, et les clients, ainsi que la diversité et l'inclusion au sein de l'entreprise.

Pour l'évaluation de la gouvernance, les critères peuvent inclure la transparence financière, la responsabilité des dirigeants, et la qualité des processus de prise de décision au sein de l'entreprise.

Ce n’est qu’après avoir défini cet ensemble de critères que la performance extra-financière de l’entreprise pourra être calculée. Le reporting ESG interviendra alors à cette étape et pourra prendre plusieurs formes : 

  • La trajectoire carbone : les entreprises réellement ambitieuses se donnent un objectif précis ainsi qu’un délai réaliste pour l’atteindre (généralement la neutralité carbone sous quelques années/décennies)
  • Le benchmark : pour les entreprises un peu moins matures, le benchmark est un support intéressant puisqu’il permet de comparer ses performances à celles de ses pairs ou de ses concurrents
  • La certification : réalisée par des agences de notation extra-financières indépendantes, elles sont intéressantes pour démarrer dans le reporting ESG puisqu’elles reposent sur des normes et standards 

Dans les trois cas, les entreprises ont la possibilité de se baser sur différents référentiels internationaux qui constituent une première base de critères à respecter tel que : 

  • L’ISO 26000 également utilisée pour la matrice de matérialité
  • La Global Reporting Initiative (GRI)
  • Le Carbon Disclosure Project (CDP)
  • Le Sustainability Accounting Oversight Board (SASB)
  • Et bien d’autres…

Notons qu’il n’existe pas à l’heure actuelle de normes ESG harmonisées entre les entreprises et entre les rapports des entreprises et ceux des agences de notation même si l’Union européenne en a fait l’une de ses priorités.

Une telle harmonisation lui permettrait de gagner en clarté, rigueur et comparabilité, des reproches qui lui sont formulés depuis sa création.

POURQUOI CHOISIR L'ESG ACT ?

Doubles compétences

DOUBLE COMPÉTENCE

titres rncp

TITRES RNCP RECONNUS PAR L'ÉTAT

alternance

ALTERNANCE POSSIBLE DÈS LA 3e ANNÉE

nombreux débouchés

NOMBREUX DÉBOUCHÉS

L'actualité de l'ESG Act

étudiant cheveux bruns bouclés en chemise blanche qui sourit à côté d'une étudiant avec les cheveux lisse noir. Devant eux deux étudiants dos à la caméra
Actualités

L’ESG Act accessible hors Parcoursup

En tant que bachelier ou futur bachelier, de nombreuses questions vous viennent en tête quant à votre orientation et la formation qui donnera du sens à son avenir. Sachez que Parcoursup n’est pas la seule option pour débuter ses études supérieures. 

melissa sahed
Témoignage

Témoignage de Melissa Sahed

Alumni ESG et fondatrice de Santiag Poetry

De son parcours d'étudiante à l'ESG à la naissance de sa marque, Melissa SAHED illustre parfaitement la façon dont l'engagement et la créativité peuvent fusionner...

Cette formation peut vous intéresser !

Formation Bac+3

Mastère Chef de Projet et Développement Durable

Rentrée

Octobre 2024

Admission

Bac+3 / Bac+4

Diplôme

Titre RNCP niveau 7 certifié

Alternance

Possible

 

Découvrir la formation